BIOGRAPHIES

JEAN RACINE

 

Auteur

 

1639: Naissance de Jean Racine (décembre)

Louis XIV est né une année auparavant (5 Septembre 1638)

Pierre Corneille a 33 ans de plus.

Molière 17 ans de plus.

La Fontaine 18 ans de plus.

 

1641: Racine perd sa mère qui meurt en accouchant d’une petite Marie.

Deux ans après il perd son père.

Mort de Louis XIII. Avènement de Louis XIV qui a cinq ans.

 

1649: Après la mort de son grand-père qui l’avait recueilli, Racine rejoint sa grand-mère à Port Royal.

En 1654 Louis XIV est sacré à Reims

 

1659: Après ses études, sans argent, Racine est recueilli par son cousin Nicolas Vitart.

En 1661, début du règne de Louis XIV après la mort de Mazarin.

Racine est envoyé à Uzès en vue d’un bénéfice ecclésiastique.

Deux ans plus tard Racine rentre sans rien avoir obtenu.

 

1664: Racine est invité au lever du Roi. Molière monte sa première pièce La Thébaïde. 

Après sa seconde pièce Alexandre, rupture avec Molière. Il a donné Alexandre à la Troupe ennemi L’Hôtel de Bourgogne et a séduit l’actrice de Molière La Du Parc, devenue veuve.

Rupture avec Port Royal.

 

1667: Création d’Andromaque à L’Hôtel de Bourgogne avec La Du Parc.

Naissance d’une fille Jeanne Thérèse mais en 1668 meurt La Du Parc.

 

1668-1677: Britannicus – Bérénice – Bajazet – Mithridate – Iphigénie. Racine est devenu l’amant de La Champmeslé jeune comédienne qui crée ses rôles. 

 

1673 : Mort de Molière

 

1677: 1er Janvier création de Phèdre - Scandale - Racine quitte le théâtre.

Il se marie le 1er juin et devient l’historiographe du Roi avec Boileau. Réconciliation avec Port Royal.

 

1689-1698: Esther – Athalie. Louis XIV lui attribue un logement à Versailles, Racine retrouve sa      famille quand il le peut.

 

1699: Racine doit se défendre auprès du Roi d’une lettre sur la misère des peuples.

21 Avril : mort de Racine

ANNE DELBÉE

 

Comédienne

 

A l'âge de douze ans, Anne Delbée pénètre pour la première fois dans un théâtre pour assister à la représentation de Tête d’Or de Paul Claudel. Ce soir là celle qui rêvait d’être écuyère choisit son destin : la passion du théâtre ne la quittera plus.

 

Sa première troupe est formée par ses compagnes de lycée où elle monte La Reine Morte d’Henry de Montherlant.

Elle enchaîne aussitôt les mises en scène et fait renaître en 1973 le Théâtre Musical en Avignon.

A vingt-huit ans, elle est appelée au Théâtre de la Ville où sa mise en scène de L’Echange de Paul Claudel connaît un triomphe pendant deux ans.

 

Une soixantaine de mises en scène suivent, dont on retient Phèdre de Racine (à la Comédie-Française), Don Giovanni de Mozart, la trilogie de Racine (Andromaque, Bérénice, Phèdre), Les Brigands de Schiller, L’Aiglon de Edmond Rostand, Hernani de Victor Hugo, Tête d’Or de Paul Claudel.

Si Racine devient, dès 1982, l’axe de son travail, elle reste fidèle à l’œuvre de Claudel tout en révélant l’existence, la même année de sa sœur Camille, par l'écriture d’Une femme.

 

Première femme à avoir été nommée à la tête d’un Centre dramatique national (le CDN de Nancy créé à cet effet), elle instaure un vrai travail sur le patrimoine sans, ignorer les pièces contemporaines et ne cesse de promouvoir de nouveaux talents.

Parallèlement au théâtre et à l’écriture, Anne Delbée se consacre de plus en plus à la transmission de la tragédie, que ce soit dans des écoles de théâtre ou lors de rencontres dans l’enseignement public et privé en France et à l’étranger.

À ce sujet, en 2012, un documentaire a été tourné sur son travail: Racine, le déchaînement des passions, réalisé par Catherine Maximoff (film qui a obtenu Prix du Jury Lycéen et Prix du public au Festival de Cholet).

 

Anne Delbée ne cache pas son attachement aux grandes luttes de l’humanité : Congrès International de la Paix des Femmes en 1985, Amnesty International, défense de Nelson Mandela.

 

« Un jour viendra où l’on croira que le monde est mort. Alors le Théâtre réinventera l’humanité. » Anne Delbée